Thorigné-Fouillard

partagers'abonner aux flux RSSimprimer la pageenvoyer à un amiréduire la taille des caractèresAugmenter la taille des caractères

Expression de la minorité

Parution dans l'ami de décembre 2021

A l’heure où nous déplorons la disparition d’Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, souvenons-nous de cette terrible période pas si éloignée de nous.
En 39/40, nous avons eu des grands-parents et des parents, alors enfants, jetés sur les routes funestes de l’exode. Nous en connaissons tous les images terrifiantes quand ils erraient en cohorte, sans savoir où ils allaient, quand ils ne tombaient pas sous la mitraille de l’envahisseur.
Ils étaient les migrants de l’époque, certains se sont d’ailleurs exilés, notamment quand leur religion n’avait pas droit de Cité.
Les migrations de masse ne sont jamais des choix d’opportunité mais s’imposent à celles et ceux qui sont persécuté.es, menacé.es ou chassé.es, par la faim, la guerre ou l’arbitraire d’une dictature. Elles sont malheureusement nombreuses aujourd’hui.
Nos états européens ne parviennent pas à les prendre en compte avec l’humanité que nos valeurs affichées devraient pourtant leur imposer.
Alors quand le dévouement bénévole prend, tant bien que mal, le relais d’une défaillance collective coupable et tente de parer au plus pressé pour que des hommes, des femmes, des enfants ne dorment pas dehors, sous la pluie, le vent et le froid ; ne serait-il pas plus utile de leur faciliter la tâche sur le plan matériel que de se réfugier derrière une commission de sécurité pour fermer administrativement un bâtiment ?
Ces valeurs d’accueil et d’humanité ont guidées les équipes municipales précédentes et collectivement, nous avons toujours su trouver des solutions. L’accompagnement et l’écoute ne valent-ils pas mieux que l’aveuglement procédurier ?
Même si ces migrants ne sont pas en règle, voire pour certains déboutés du droit d’asile, l’humanité doit toujours guider l’action publique et dans l’urgence d’une situation précaire elle doit toujours présider aux décisions.
A quoi servent les commémorations si nous ne tirons pas les leçons de l’Histoire ?
A l’approche des Fêtes de fin d’année que nous vous souhaitons heureuses et fraternelles, essayons d’élargir la notion de partage au-delà du cercle de nos proches.
Nous contacter : groupeelus@vevvs.bzh

Haut page